Aperçu historique sur la commune de Hauteville


Le nom de Hauteville vient de alta qui veut dire haut et villa qui veut dire ferme ou domaine. A partir du XIème siècle, villa prend le sens de village. Au Moyen Age, la localité de Hauteville appartenait à la seigneurie de Corbières. Par contre, Hauteville était le siège de la paroisse (premier curé signalé en 1170) dont la ville de Corbières dépendait. Disparue depuis longtemps, l'église primitive coiffait une petite éminence au pré des Martallets. Les Prémontrés du proche couvent d'Humilimont possédait là une maison de repos que l'on apercevait depuis leur monastère.

En 1170, ils bâtirent à côté de cette demeure un petit oratoire dédié à saint Etienne. Corbières se sépara de l'église-mère en 1619. Vers 1630, l'église d'Hauteville, qui menaçait ruine, fut abandonnée. Bien en vue sur une arête de terrain, l'ancienne chapelle des moines – le couvent avait été supprimé en 1580 – devint alors le chœur de la nouvelle église, auquel on ajouta une nef et un magnifique clocher effilé. L'église fut entièrement rénovée en 1977, avec la participation généreuse des paroissiens. Depuis quelques années, elle se pare même la nuit d'un doux voile de lumière qui fait mieux ressortir encore sa modeste mais grâcieuse architecture.

Quatre hameaux ou quartiers bien distincts composaient encore le village jusqu'au début des années 1980:
 
 «Le Village», ou quartier inférieur, qui est le plus ancien et qui constitue le village d'Hauteville proprement dit. Jouxtant l'emplacement de la première église paroissiale, il est dominé depuis le 17ème siècle par l'église actuelle. Le 6 janvier 1745, un incendie d'origine criminelle y détruisit 11 bâtiments: les fermes furent reconstruites à leur emplacement d'origine.

  Au tournant des 19ème et 20ème siècles, la construction de la route cantonale entraîna la formation d'un nouveau quartier, le quartier des «Branches». On y regroupa les divers services publics: à savoir l'école, une boulangerie-épicerie, la fromagerie et la poste. Vers 1950, on pensa même y bâtir une nouvelle église ainsi plus rapprochée de l'axe de passage.

  Au nord, en direction de la La Roche, se trouve le quartier pittoresque du «Ru» avec sa célèbre auberge, dont les ans ont patiné la belle façade de bois.

  Au levant, juché sur une terrasse qui domine toute le village, se situe le hameau d'«Impart». Un incendie le ravagea au 18ème siècle; une seule demeure fut épargnée qui, de nos jours encore, s'appelle la «vieille maison».

Au début du 20ème siècle, on comptait à Hauteville la présence de 533 habitants qui tiraient leurs revenus de l'élevage du bétail et des pâturages. La population accusa une forte baisse tout au long du siècle passé, tombant à 312 personnes en 1980. Elle remonta, d'abord assez lentement pour atteindre 363 habitants en 1990, avant de connaître une forte progression et dépasser les 500 habitants au début des années 2000. C'est ainsi que surgirent de nouveaux quartiers, notamment «Le Charmin» et «Longemont». Depuis lors, la population continua d'augmenter régulièrement avant d'enregistrer à nouveau une forte hausse durant les années 2013 à 2016 pour atteindre aujourd'hui plus de 660 habitants.

En dépit du développement résidentiel, Hauteville garde le caractère harmonieux et paisible d'un village campagnard bien préservé.

 




Haut de la page